Journée Mondiale de l’habitat - Journée Mondiale de l’Architecture

Journée Mondiale de l’habitat - Journée Mondiale de l’Architecture

Le premier Octobre de chaque année est une journée bien chargée en commémoration de causes internationales.

Au rang des causes qui attirent l’attention des professionnel de l’habitat, du cadre de vie et de l’acte de bâtir, la journée du 1er octobre 2018 marque conjointement la Journée Mondiale de l’habitat et la Journée Mondiale de l’Architecture.

En rappel, l’Assemblée générale des Nations Unies a institué la Journée Mondiale de l’habitat, dans sa résolution 40/202 du 17 décembre 1985. L’objectif visé est de réfléchir et de rappeler à la communauté internationale sa responsabilité collective dans l’avenir de l’habitat humain.

la Journée Mondiale de l’Architecture fut lancée l’année suivante (en 1986) à l’initiative de l’Union Internationale des Architectes (UIA), non seulement afin de coïncider avec la Journée mondiale de l’habitat instaurée par les Nations Unies, mais aussi pour attirer l'attention des professionnels et du public sur les problématiques concernant l’état de nos villes, l’habitat et le droit fondamental de tous à un logement adéquat.

Ainsi, en pratique courante, tout le mois d’octobre est considéré comme le mois de l’Habitat et de l’Architecture.

Le lundi 1er octobre 2018 a donc été l’occasion pour la communauté internationale de célébrer la 33ème Journée Mondiale de l’Habitat.

L’Ordre National des Architectes du Togo (ONAT), institution républicaine, a saisi cette occasion pour réitérer son engagement à œuvrer aux côtés de son ministère de tutelle, le Ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et du Cadre de Vie (MUHCV). Saluant les politiques gouvernementales en la matière et les travaux du Ministère, les architectes s’engagent volontiers pour un habitat plus pratique et plus fonctionnel répondant aux exigences d’un développement urbain durable au service des populations togolaises.

L’ONAT s’intéresse aussi au thème de la Journée Mondiale de l’Habitat 2018

Le thème choisi pour cette année, « la gestion des déchets solides municipaux » interpelle vivement sur la problématique et les enjeux de la gestion des déchets solides en zone urbaine et les politiques mises en places en vue d’un développement urbain durable et convenablement géré.

En effet, de gré ou de force, nous vivons à un rythme d’urbanisation tellement accéléré qu’il en résulte une grande accumulation de déchets urbains. Cette fulgurante hausse de la production de déchets (solides) urbains représente non seulement une menace pour la qualité de vie des populations urbaines mais aussi un réel risque au défi de l’assainissement sur le plan de l’environnement, de la santé publique.

La gestion efficace et durable des déchets urbains revêt donc d’importants enjeux sociaux, financiers, économiques et environnementaux pour les municipalités à travers le monde et ce sont des défis qu’il nous appartient (citoyens et gouvernants) de transposer sur le plan local et communautaire pour notre intérêt commun.

Pendant que les différents acteurs techniques et les décideurs jouent leur partition, pendant que les réflexions de haut niveau se poursuivent et que les lourdes machines nationales et internationales avancent lentement mais sûrement, pendant que se mettent en place les outils et mécanismes adaptés de planification et de gestion urbaine en matière de gestion des déchets au service de toutes les municipalités du Togo, c’est également à chacun des citoyens que nous sommes d’agir à son niveau. Il est tout à fait possible de : maintenir propre notre environnement, nos milieux de vie ; veiller à ne pas produire inutilement des déchets (ni plastiques, ni solides, etc…), optimiser les besoins et les ressources ; avoir le reflexe du recyclage et de la protection de l’environnement ; s’éduquer à la conception fonctionnelle et à l’aménagement sain et de notre cadre de vie en ayant recours aux services de professionnels tels que l’architecte et l’urbaniste.

Tels sont, entre autres, autant de bons comportements citoyens auxquels nous sommes appelés dans le cadre de cette 33ème Journée Mondiale de l’Habitat.

Revenant à l’Architecture et à tous les professionnels de l’acte de bâtir…

“L’architecture, pour un monde meilleur” est le thème choisi pour marquer la Journée Mondiale de l’Architecture 2018.

L’Ordre National des Architectes du Togo (ONAT) s’inspire fortement dans ce thème qui s’imbrique avec la vision portée au sein de l’institution par le Conseil Supérieur de l’Ordre (CSO), et se fait le relais du message de l’Union Internationale des Architecte transmis à travers son Président Thomas VONIER.

« L'architecture peut aider notre planète à faire face à deux de ses problèmes les plus graves : la dégradation de l'environnement et les besoins humains de plus en plus importants. En tant qu’architectes, nous pouvons aider à modifier les situations qui détruisent le patrimoine, dégradent l'habitat, gaspillent les ressources naturelles et perpétuent les déséquilibres sociaux.

L'architecture peut rendre notre monde meilleur, pour tous. Nous pouvons, à travers elle, aider à mettre fin à la destruction des paysages naturels et des terres agricoles de valeur inestimable. Nous pouvons et devons tenter de répondre aux besoins fondamentaux de la population mondiale, majoritairement concentrée dans les métropoles.

Les architectes du monde entier - aujourd'hui plus de 3 millions - s'engagent à répondre aux besoins humains les plus fondamentaux, à rendre nos villes plus accessibles et plus harmonieuses, à aider les personnes les plus démunies, et à offrir des espaces publics plus sûrs et plus accessibles pour tous.

Nous connaissons le pouvoir de l'architecture, et nous voulons l’offrir... à tous, pour un monde meilleur… »

Oui, l’architecture porte du pouvoir de création. Faces aux énormes enjeux auxquels nous sommes confrontés tant sur le plan international, que national voire communautaire, il devient donc un impérieux devoir collectif de pratiquer « l'optimisme de la volonté ». La volonté d’accepter et d’assumer de faire autrement mais surtout de mieux en mieux. Cette volonté se manifestera en projets qui deviendront à leur tour des actions concrètes qui bâtiront un monde meilleur.

Les ARCHITECTES, conscients de la part de défi qui est la leur, et de l’imminent rôle de leur profession dans le développement urbain durable au service des populations, seront toujours disponibles pour le bien-être de ces dernières et confirment leur engagement quotidien aux cotés des autorités… Pour un monde meilleur.

Soyez le premier à commenter!

Laissez un commentaire